Jouets

Enfant hyperactif : comment le gérer au quotidien ?

Face un enfant super-actif, il peut être difficile de gérer cela au quotidien. L’enfant pourrait avoir des changements d’humeur ou non. Aussi, il est important de savoir si son petit a ce genre de personnalité ou non avant de consulter un praticien spécialisé. Mais comment donc agir au quotidien face à son enfant ? Quelles routines adopter et quels jouets prendre ? Les détails.

Qu’est-ce qu’un bébé ou enfant hyperactif ?

Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies, près de 9 % des enfants sont atteints de trouble neuro-développemental chronique. En effet, cette affection neurobiologique entraîne les symptômes comme l’agitation accrue, le déficit de l’attention, l’agitation motrice, la perte de concentration, l’impulsivité incontrôlée, l’hyperactivité… Ses changements d’humeurs et de comportements avec une énergie débordante inquiètent les parents. D’ordre neurologique, le trouble d’hyperactivite d’un enfant ou le trouble déficit de l’attention d’un enfant entraîne en général des perturbations dans un milieu familial et dans un milieu scolaire. Chez un enfant hyperactif, les parents constatent souvent une vive et constante agitation. L’enfant n’arrive pas à rester immobile puisqu’il saute, grimpe, rebondit, s’agite et escalade continuellement les murs sans arrêt. Il attrape presque tous les objets à sa portée que ce soit des jouets et parfois les laisse tomber par terre. Jusqu’à son épuisement total, l’enfant parle sans arrêt et dérange ses camarades même pendant les cours.

Le chérubin bouge tout le temps et fait des bruits indus. L’enfant n’arrive pas à se concentrer et fait plusieurs choses à la fois en laissant l’une et l’autre inachevée. Il n’arrive pas à réaliser un dialogue approprié avec une autre personne. Les enfants en bas âge ne font généralement pas l’objet d’un diagnostic de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivite, mais la plupart de leurs comportements peuvent amener certains parents à se demander si leur bébé hyperactif en est atteint ou s’il risque de le développer. Cette maladie concerne non seulement les tout-petits, les adolescents, mais également les adultes. Pour cette raison, il est très important de détecter un symptôme le plus tôt possible. Cela permettra aux parents et à l’enfant concerné de bénéficier d’une prise en charge psychologique.

Quels sont les symptômes d’un bébé hyperactif ?

Il peut être difficile de remarquer les symptômes du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivite ou TDAH chez les bébés de moins de 4 ans. Une courte durée d’attention, de l’impulsivité, des crises de colère et un niveau d’activité élevé sont courants à certains stades du développement. Bon nombre de bambins passent par le “terrible two”, et tous ne sont pas forcément atteints par cette hyperactivité cérébrale. Ce sont tout simplement des enfants qui sont très actifs et qui ont beaucoup d’énergie. Ils sont capables de ranger leurs affaires, de bien se tenir convenablement à l’école, d’écouter attentivement leurs parents ou leurs éducateurs, de s’asseoir, de faire des jeux éducatifs tout en restant tranquilles…

Par contre, les enfants atteints de TDAH sont souvent incapables de faire ces choses. Ils peuvent présenter un comportement excessif pouvant perturber les activités et les relations. Ils courent et se jettent sur tout. Ils sont constamment en mouvement et sont incapables de se concentrer ou d’écouter pendant une longue durée. Ils ne réussissent à s’installer sur une place bien précise, à faire la sieste et à s’asseoir pour manger, il parle à tort et à travers, s’il est agressif envers d’autres étudiants ou s’ils ont des difficultés à se souvenir des noms, des numéros ou des éléments d’informations, alors il est impératif de se faire évaluer auprès d’un professionnel spécialisé en hyperactivite cérébrale. Seul lui pourra confirmer l’état de santé du bébé ou de l’enfant qui est hyperactif. L’enfant en bénéficiera ensuite d’un traitement. L’intervention a pour but de réduire les troubles sur l’enfant et qu’il pourra ensuite vivre une vie normale, sans être rejeté par ses proches et qu’il retrouvera son estime de soi.

Comment réussir à vivre avec un bébé hyperactif ?

Les enfants hyperactifs ont besoin de soutien, de tendresse, d’affection, d’amour et surtout ils ont besoin d’être traités comme tous les autres. Afin de réduire leur hyperactivite, il est préférable de ne pas les inciter à effectuer des activités physiques ou des sports extrêmes sauf lorsqu’ils les souhaitent. Mais l’important est de connaître un symptome hyperactivité important. Les élèves hyperactifs ont besoin d’une activité physique pour évacuer leur excès d’énergie. Le fait d’être actif dans des situations appropriées, telles que la récréation ou les pauses d’étude à la maison, renforce également le message selon lequel l’hyperactivite peut être appropriée dans ces milieux et situations.

À l’école, pensez à utiliser un poste de travail debout ou une zone de travail avec une chaise à coussin d’air sur le côté ou à l’arrière de la pièce qui permet à l’élève de se tenir debout pour travailler. Si cela peut aider, laissez l’enfant faire le choix de travailler debout ou de s’installer sur le pouf. Les chaises pouf peuvent parfois aider les enfants ayant des problèmes d’intégration sensorielle, comme c’est le cas de certains enfants hyperactifs.

Quels jouets pour un enfant hyperactif ?

Pour les bébés, les meilleurs jeux sont probablement ceux qui feront de la lumière, des bruits comme les toupies ou les hochets sonores. Ces derniers vont permettre de capter son attention et de se concentrer sur ses différents sens (Toucher, vue, ouïe…) Pour les enfants de 3 ans à 8 ans, les jouets qui favorisent la concentration tels que les legos et autres jeux de construction sont très utiles. En effet, ils pourront créer quelque chose en un instant et cela leur permettra de gagner confiance en eux. La pâte à modeler est également très utile puisqu’ils peuvent laisser libre cours à leur imagination et créer quelque chose de nouveau. Pour les enfants de 3 à 7 ans donc, il faut qu’ils créent avec leurs mains, qu’ils puissent voir ce qu’ils font et qu’ils puissent rester concentrés et ce, même pendant un court temps.